LTN ÉDITIONS – Centre LET. 250 – 44, rue Monge 75005 Paris

N°32 : Une nouvelle maison d’édition

  Après sa collaboration avec M. Abd Allâh Penot chez Entrelacs, voici que M. Jean Annestay réitère au sein des Éditions I, dont il occupe la « Présidence » ainsi que la « Direction éditoriale ». On nous apprend avec le plus grand sérieux que la maison d’édition va présenter « aussi bien des essais politiques que des traductions de traités spirituels, des livres d’humour et de bandes dessinées que des tirages limités d’art […]. Ce travail sera appuyé aussi bien par des auteurs majeurs de l’histoire de l’humanité (Ibn Arabi) [sic] que des grands noms de la bande dessinée… »

 Un tel fourre-tout n’a visiblement pas découragé M. Penot, qui publie une nouvelle traduction d’Ibn Arabî intitulée Les cinq piliers de l’islam. Une fois de plus [1], le traducteur refuse d’envisager le Cheikh al-Akbar dans le cadre de sa fonction de Sceau de la Sainteté muhammadienne : « Nous ne voulons pas entrer ici, nous dit-il, dans les débats des spécialistes autour des fonctions qu’il a pu revendiquer » (p. 7). Cette incapacité répétée à se placer dans une perspective traditionnelle ouvre la porte à tous les compromis, notamment une tendance de plus en plus marquée à la vulgarisation. On découvre (p. 7) que l’œuvre d’Ibn Arabî se réduirait à un « événement culturel » destiné « plus simplement » à « quiconque s’[en] montre curieux » ! Le « grotesque » [2] se confirme tout au long de l’ouvrage : après la mention (p. 9) des connaissances « réellement “encyclopédiques” » d’Ibn Arabî, l’adab devient un « savoir-vivre » (p. 63), la zakât, un « impôt religieux » (p. 117), la Station d’Arafa, « une méditation sur la clémence divine » et la rencontre d’Adam et Ève, un « mythe » (p. 146) !

 Le comble est qu’au final M. Penot ne semble plus vraiment savoir à qui adresser sa traduction, quand (p. 27) il refuse d’y voir un ouvrage « grand public ». Gageons que la conférence organisée à l’Institut du Monde Arabe et animée par M. Annestay, le 19 janvier 2019, pour la promotion du livre, lui aura permis de trouver son public véritable…

Le Turban Noir

 

[1] Voir le Bulletin N°9, p. 5, ainsi que l’Introduction aux Oraisons de la Semaine (Awrâd al-Usbû‘) du Sceau muhammadien. Rappelons, au sujet des cinq fondements de la Foi en islâm, la traduction et la présentation magistrale de Cheikh Mustafâ de l’opuscule d’Ibn Arabî : Kitâbu-l-I‘lâm fî-mâ buniya ‘alay-hi-l-Islâm, dans Une instruction sur les rites fondamentaux de l’Islam, Études Traditionnelles, 1962, n°369, p. 23.
[2] Déjà signalé par Sidi Abd ar-Razzâq à propos des Révélations de La Mecque ; cf. Bulletin N°9, p. 4.